L’amour

  • Le manque d’amour

La différence de traitement que nous faisons entre notre famille, nos amis, et les autres personnes que nous rencontrons dans la vie de tous les jours est anormale et parfois extrême. Nous sommes constamment amenés à interagir, à étudier, à travailler, parfois à habiter avec des personnes qui ne nous sont pas proches. Nous devrions être très attentifs à la façon dont nous traitons les autres, car cela impacte le quotidien de chacun. Actuellement, nous sommes souvent intolérants les uns envers les autres car nous n’avons pas appris à fonctionner autrement. Pourtant, il n’y a pas d’amour sans respect, et pas de respect sans tolérance. La communication avec l’autre est un apprentissage, et il est souhaitable d’apprendre à élargir considérablement sa zone de tolérance afin de rendre possible et agréable cette communication. Les raisonnements suivants sont simples et ils peuvent nous aider à atteindre un nouveau niveau de conscience :

 

– Nous sommes habitués à interagir avec les autres comme si nous étions des êtres omniscients, capables de dire avec certitude ce qui est juste ou pas, ce qui est acceptable ou pas. Or nous ne sommes pas des êtres omniscients. La connaissance est immense et chacun d’entre nous en possède une toute petite partie. Les connaissances des uns et des autres sont parfois éloignées voire antinomiques selon la culture, le parcours de vie, les centres d’intérêts, les expériences… Nos connaissances ne sont en fait que des croyances qui évolueront au cours de notre vie. Pour communiquer de façon pacifique avec une autre personne, il est essentiel de garder cela à l’esprit : nous ne sommes pas omniscients et nos connaissances ne sont pas des vérités intangibles mais des croyances. Si l’autre a des croyances différentes voire antinomiques, ce n’est pas forcément parce qu’il se trompe. C’est peut-être nous qui avons des croyances erronées et/ou qui n’avons pas certaines connaissances que lui détient.

 

– Nous sommes fondamentalement des êtres d’évolution. Au cours de notre vie, nous serons tous amenés à changer de croyances sur de nombreux sujets, à changer de centres d’intérêt, à changer d’habitudes et de mode de vie, à changer de style vestimentaire et d’apparence, à changer d’activités et de lieu de vie… Lorsque nous changeons et évoluons, nous trouvons cela normal. Étrangement, nous oublions souvent complètement que l’autre a également cette possibilité et que ses croyances, ses centres d’intérêt, son mode de vie à l’instant où nous le rencontrons ne sont pas définitifs. L’autre est également un être en évolution, simplement il n’a pas le même jeu de cartes que vous pour ainsi dire. Plutôt que de juger très sévèrement et parfois de rejeter les personnes que nous rencontrons et dont certaines croyances ou dont le mode de vie sont différents des nôtres, se remémorer cela permet le plus souvent de prendre du recul et d’être beaucoup plus tolérant. Nous nous accordons pour nous-mêmes la possibilité de changer, de nous tromper, de bifurquer… ayons alors la même indulgence avec les autres.

 

Néanmoins, élargir sa zone de tolérance ne signifie pas qu’il ne faille pas mettre de limites à ce que nous acceptons. Toutes les idées ne se valent pas, et il est essentiel de garder un esprit critique par rapport à des personnes qui pourraient avoir des idées malsaines ou dangereuses. De plus, l’amour se vit dans l’équilibre. Si une personne, qu’elle vous soit proche ou non, ne vous respecte pas voire vous fait du mal, l’amour de soi doit reprendre le dessus. C’est à vous de choisir les personnes que vous souhaitez fréquenter et celles que vous préférez éviter. Il ne s’agit pas forcément de fermer la porte pour toujours car l’autre a la possibilité de changer et d’évoluer à l’avenir. En attendant, il est préférable d’aller vers d’autres personnes plus en phase avec ce que vous êtes aujourd’hui.

 

Revenir à la liste par thème