La procréation à un âge tardif

  • Les risques liés à la procréation à un âge tardif

La procréation à un âge tardif pour la femme mais aussi pour l’homme, c’est-à-dire au-delà de quarante ans, augmente certains risques pour l’enfant. Cependant, ces risques sont fortement corrélés à l’hygiène de vie et aux antécédents médicaux des parents, et pas à leurs âges uniquement. Ces divers facteurs peuvent amplifier des risques pour le bébé, comme la prématurité, une taille ou un poids anormal, une malformation, une maladie génétique, le décès pendant la gestation ou à la naissance. Une femme qui souhaite avoir un enfant après quarante ans a également des risques accrus en ce qui concerne sa propre santé. Là aussi ces risques dépendent en partie de son hygiène de vie et de ses antécédents médicaux. En moyenne, elle court plus de risques de complications obstétricales. Le risque de décès maternel pendant la grossesse ou lors de l’accouchement est plus élevé. Le cas échéant, la prise en charge de maladies préexistantes est plus compliquée. Choisir d’avoir un enfant est un choix de couple, mais au-delà d’un certain âge, cela demande une réflexion vraiment approfondie.

 

Revenir à la liste par thème